See photos (16)

L' Art habite la Ville (Art lives in the city)

Touring cyclist ,  Walking/pedestrian at Mons
6.9 km
One-way
Walking/pedestrian
2h
Easy
  • Discover also:

    "Mobilier urbain revisité"
    In the city centre

    In collaboration with graphic arts schools in the region, urban furniture elements were decorated for the project. Across the city, tightrope walkers will balance between two posts, and ORES and PROXIMUS terminals will burst with colours.

    Pierre Liebaert - "Je crois aux nuits"
    From May 2019

    Pierre Liebaert, a young photographer from Mons who regularly exhibits in museums and festivals, has produced four photographs about...
    Discover also:

    "Mobilier urbain revisité"
    In the city centre

    In collaboration with graphic arts schools in the region, urban furniture elements were decorated for the project. Across the city, tightrope walkers will balance between two posts, and ORES and PROXIMUS terminals will burst with colours.

    Pierre Liebaert - "Je crois aux nuits"
    From May 2019

    Pierre Liebaert, a young photographer from Mons who regularly exhibits in museums and festivals, has produced four photographs about folklore related to the renewal of the body and nature.
  • Difference in height
    98.07 m
  • Documentation
    GPX / KML files allow you to export the trail of your hike to your GPS (or other navigation tool)
Points of interest
1 Blancbec - "Le Monstrueux"
Façade of the restaurant « Les Gribaumonts », Rue d'Havré, 95
Mural fresco

Project: Working with his neighbours, BlancBec gives new life to this wall where imaginary animals and plants cross paths.
After spending 10 years in the graffiti movement under the pseudonym VEKS, at the start of 2000, Blancbec took a new approach to his work.
He developed his first paintings, furnished with geometric writings inspired by graffiti. In Barcelona in 2002, he discovered the work of posters painted by hand and glued, a revelation.
This technique attracted him because he could combine workshop activity with an urban activity. He embraced it! The geometric writings of the beginning gradually became characters. Then the bird appeared. Provisionally, the canvases were put aside to make place for paper. At the beginning of 2003, the first bird posters appeared on the walls of the city; they were the first of their kind in Brussels. The bird and the artist call themselves "Blancbec" chosen for the lack of experience of the artist and the self-assurance of his bird.
His own geometric construction and his vibrant chromatic range created a style that was instantly recognisable. Since then, some audacious protagonists have integrated his universe that he still represents through new supports and techniques. The artist Blancbec exhibits regularly and his works always appear in an urban setting.
2 Oli-B - "L'escapade"
Project: coloured frescoes decorated with relief elements - a first worldwide.

Oli-B is an artist from Brussels, known for his colourful works that are full of life. Starting from abstract and figurative forms in vibrant colours, Oli-B traces the limits of his exceptional universe, where onirism mixes with harmony and hope. Each piece writes his story and reveals new aspects. His works are driven by a desire for balance. When he crosses this line, he deploys his ideal and optimistic vision of the world, in opposition to the realistic image tinged with bitterness, that he sometimes feels. Oli-B enjoys the hustle and bustle of large towns and their crowds and uses the public spaces as his playground.
3 Lucie et les Papillons - David Mesguich
David Mesguich deals with the notions of space, borders and separation through monumental sculptures. He produced a monumental sculpture, symbolising the first time you feel butterflies in your stomach. The scissors broken, the little girl is free to feel what she wants
4 Laurence Vray - " Instant suspendu"
Etude du Notaire Franeau, Rue d'Enghien 19
Photography

Photographer, Laurence Vray brings an “intimate” sensitivity - far from the gloss of fashion. She proceeds, with as much rigour as restraint, to reveal a possible intimacy with the world. The lightness of her view is serious and the seriousness of her views is light. So, through a paradox which she took pains to keep secret, she composed with diligent simplicity: a work of art for peace. Laurence, an artist from Mons, captures intimacy and lightness and conveys it to us. Laurence Vray dedicated her first photographic series to “photographic reporting” during her trips to Morocco, India, Cuba and Nepal. The inhabitants of these regions, their artisans, their clerics... become the actors of this sublimation. Not forgetting her country and her native region, she created the series La Glace Passe in 2002. These black and white photographs, in the purest tradition of street photography, are a tribute to a region that is particularly dear to the artist. More than a simple capture of reality, the photographer embarks on a reflection on the world around her by using photography to put her ideas on paper. She also reflects on the notion of “time”. These photos, with indescribable strength, are an ode to human beings and to their fragility, as well as a reflection on solitude. Extending this reflection on time, the artist began to play with the photographic medium and decided to go back to her origins by using the pinhole technique. At this point, humans are excluded from the photos, which return to silent and unchanging nature, evoking the essence of photography. These images, flowing poetically, lead us to dream and return to childhood.
Today, like going back in time, a return to the first place, Laurence Vray is working on the theme of water and mother waters. A truly silent swim, this series offers a solitary parenthesis exploring the resonance of water, its currents and its flow. The photographer plays on the opposition between presence and absence, solitude and company, femininity and masculinity, fragility and inalterability of this original element. The focus is also on the mother waters, where time it is not yet linear, where light still plays shadows between
the uterine walls, where life is a pure loving relationship...
5 Noir Artist - "Don't sleep on your dream"
Façade du Delhaize - Rue de Nimy 117-121
Mural fresco

Project: NOIR Artist will bring a touch of surrealism to the project

NOIR Artist is a Belgian plastic artist and mural painter from Liège, trained at Saint-Luc Liège. He creates paintings as well as mural frescoes in almost all formats
and all types of support. But always in shades of black (‘NOIR’). Or almost, since colour and gold now also have their place in his universe. Paintings, drawings, monumental frescoes, mural art, trompe l'oeil, urban decoration and design, this work “in black” does not leave people indifferent. Inspired by publicity, pop art, baroque art or calligraphy, NOIR Artist gracefully enumerates his hyper-realistic pictorial obsessions and his more abstract musings.
6 Olivier Sonck - "Ivre d'histoires"
GRAPHICO-LITERARY FRESCO
OUTDOORS COMPOUND OF THE MONS PENITENTIARY CENTRE
Rue des Barbellés

Project: Olivier Sonck has created a series of workshops about childhood memories, in two
phases: first with twenty detainees (ten men and ten women) and then with the neighbours of the penitentiary centre (residents, students, workers, etc). The result?
A literary fresco full of authenticity and poetry, painted on the exterior wall of the penitentiary centre. It will evolve over time and according to the weather conditions.
Olivier Sonck is a Belgian artist linked to Mons by his studies at Arts2. Since finishing his studies in Visual Arts, he has been working in engraving
and silk-screen printing as well as teaching in several schools.

What has been his passion for the last few years? Words.
“I’m interested in their meaning, in the way people pronounce them wrongly and in the final result
after passing through distracted ears. I make objects of them, often printed, marked on cold materials such as metal, inert like lead, shiny like copper but also warmer ones and (sometimes) comforting like wood.”
7 Blanc Murmure - " La ville dans la ville"
Place du Parc
Participatory project

Project: 160 real birdhouses with images of neighbours are installed in
the Place du Parc in this work symbolising family and
solidarity.

BLANC MURMURE asbl is a Centre d'Expression et de Créativité (C.E.C.) (Centre for Expression and Creativity) recognised by the Fédération Wallonie-Bruxelles since its creation. Their project is to initiate a varied public in contemporary art and creation through different artistic techniques. Children, adults, youths, education professionals, people in social rehabilitation, handicapped people, seniors, everyone can become a creator and an actor in an artistic approach. They propose societal themes, a true thread between their artistic experiences. Diverse techniques are made available to the public as a means of expression for their creative inspiration: illustration and fictional writing, sculpture and installation in urban spaces, video and cinema animation, image creation through photography.
“L’art habite la ville”, 160 inhabitants, children and adults, played the game; they participated in the creation of the birdhouse village. They were photographed and then reproduced their faces on the birdhouses that were prefabricated for the occasion. A new utopian area was born in the centre of the “Place du Parc for a period of two years. This participatory piece of work reflects a shared creative moment.
A portrait Gallery which attempts the eventuality of cohabitation, possible or impossible, between birds and men. The CEC Blanc Murmure in collaboration with the Institut du Sacré-Cœur, the local school “Les arquebusiers”, the school of the future, Impulso
8 Pierre Liebaert - "Je crois aux nuits"
Lieu de l’Œuvre : rue de Nimy-Cour du 106

Pierre Liebaert est un photographe belge actuellement basé à Bruxelles. Il est diplômé de l’École Supérieure des Arts de l’image « Le 75 » à Bruxelles. Il est régulièrement exposé lors de festivals ou au sein d'institutions muséales. Une de ses séries intitulée « Macquenoise » fût remarquée par le site américain Photo-eye comme l'un des 26 meilleurs ouvrages de l'année 2013. En 2015, à Mons, il participe à la mission photographique IN/OUT et photographie Patti Smith lors de sa visite de l'exposition Verlaine Cellule 252 au BAM. Très souvent immersif, ses projets sont souvent à long terme et le dévorent. Pour « Je crois aux Nuits », il explore des territoires où subsistent encore de fragiles traditions. Son intérêt se pose là où la tragédie se pare de lumière. Le chant fantasmé des castrats, l'œuvre incarnée du Caravage, l'intransigeance des Primitifs flamands, l'universalité des figures carnavalesques, le parfum humide du bois vermoulu, la solennité des processions et la vulnérabilité de nos organes sont autant de fragments qu'il ne cesse de vouloir rassembler.
9 Blanc murmure - "L'Escale"
L’Escale de Mons est le reflet, un point de vue de ce que peut être la représentation de notre patrimoine montois. Déambuler dans une histoire chimérique où apparaissent des personnages illustres, l’architecture, le folklore, la faune et la flore dans des assemblages décalés. Pour accompagner la composition, Olivier Sonck, artiste plasticien propose une phrase faite de double-sens. Cette œuvre participative a été réalisée dans le cadre du projet « Vhello, le Réseau Points-Noeuds en Coeur du Hainaut » avec la participation de citoyens.
10 Cix et Duek - "Eldorado"
La fresque de DUEK représente le Mexique au sein de sa grande culture qui est dominée par la nature et le mysticisme de son environnement. Les femmes sont très importantes dans la culture mexicaine et sont représentées avec des fleurs, pour leur délicatesse et beauté. Le Quetzal (Ave) est une espèce endémique du Mexique qui est très respectée, puisqu’elle est liée au dieu Quetzalcoatl, le créateur de l’humain dans les histoires de la culture aztèque. Cette fresque représente la nature ainsi que la vie.
11 Momo - "Fresque de Momo"
Auteur du tag le plus long du monde qui zigzaguait dans tout Manhattan à l'insu des New-Yorkais, MOMO le grapheur crée de nouvelles cartographies urbaines à base d'interventions infinitésimales ou de fresques monumentales. Il réalise ici à Mons, une fresque en aplats de couleur zébrés.
12 Atelier Pica Pica - "Panorama"
Lieu de l'oeuvre: passage Victor Hugo

Atelier Pica Pica est un collectif multidisciplinaire composé de Boris Magotteaux, Manuel Falcata, Jérome Degive, vivant et travaillant à Liège. Le collectif a réalisé une mosaïque émaillée, passage Victor Hugo, représentant des silhouettes extraites de l’univers urbain montois. Ensemble, les profils énigmatiques forment un portrait impressionniste de la cité. L’œuvre est une invitation à deviner ou à chercher l’objet de ces ombres dans la ville elle-même.
13 Hell'o - "Folks"
Hell’O est un duo d’artistes belges, Jérôme Meynen et Antoine Detaille. Issu de l’univers du graff, ils ont laissé derrière eux lettrage et bombes aérosol pour le papier, la peinture, le dessin à l’encre, et l’installation. Détournant les symboles de nos traditions mystico-ésotériques, les confiant aux héros des cartoons et bédés, les graffitant dans nos rues et les virtualisant sur le web, le collectif belge Hell’O Monsters nous jette un sort. Un regard ironique sur nos us et coutumes d’humanoïdes civilisés qui prend corps dans leur fresque vivante et illuminée sur le thème du « Doudou ».
14 Filip Gilissen - "Spread your wings"
Après avoir réalisé le tunnel de fils d’or dans la Collégiale Sainte-Waudru pour la Fête d’Ouverture de Mons 2015, Filip Gilissen nous surprenait une fois encore par cette installation : des ailes d’ange (dorées bien sûr), placées au Square Saint-Germain : une véritable invitation à prendre un selfie ayant pour décor la Collégiale, pour un look angélique garanti sur les réseaux sociaux.
15 Calvin Dussart et Charles Myncke - "True Story"
Calvin Dussart et Charles Myncke, sont deux étudiants de l’Ecole des Arts² de Mons. Leur projet est né dans l'atelier de Dessin de l'école Arts², lors des cours de Djos Janssens, qui les a accompagnés et guidés tout au long de la réalisation de True Story. Ils se sont interrogés sur les nombreuses fenêtres murées que la ville comportaient et de la signification que celle-ci détiendraient. Leur curiosité a laissé libre cours à leur imagination. Ils ont ainsi imaginé ce qui se tramait derrières ces fenêtres murées et ont multiplié les clins d’œil en y affichant des reproductions de comics et d’affiches de films hollywoodiens des fifties.
16 Karelle Ménine et Ruedi Baur - "La Phrase"
Lieu de l'oeuvre: Partout en centre-ville

L’auteur et artiste littéraire Karelle Ménine a conçu un projet original intitulé La Phrase, qu’elle a souhaité réaliser avec Ruedi Baur. Au cœur de la ville, une phrase de 10 kilomètres a été élaborée à partir d’un corpus tiré d’œuvres d’auteur(e)s montois, puis du Hainaut, de Belgique, et enfin du monde entier. La Phrase commençait à la gare de Mons et accueillait les visiteurs. Après avoir parcouru la ville, elle les ramenait au point de départ. Les mots étaient apposés sur les murs et trottoirs, réagissant aux reliefs, aux formats des briques, aux fenêtres comme aux angles de rue. Aujourd’hui encore quelques bribes de « La Phrase » subsistent sur un trottoir, une façade ou sur le rebord d’une fenêtre, perpétuant ainsi la poésie dans la ville.
17 Louise Delattre - "Plantes médicinales"
Lieu de l’Œuvre : façade Ambroise Paré
Originaire de Colfontaine, Louise Delattre est étudiante en 2ème dessin d’Arts² à Mons, elle a ici imaginé une fresque murale de 450 m² en vinyle auto-adhésif. Le projet consistait en une collaboration entre la fondation Mons 2025 et La Ruche d'Arts² afin de réaliser avec les étudiants de première bachelier des propositions pour le projet « L’Art habite la Ville ». Les étudiants ont dû prendre plusieurs photos d'infrastructures dans Mons pour ensuite faire des propositions visuelles sur ordinateur. Louise a choisi l'hôpital Ambroise Paré pour la grande visibilité qu'il offre depuis le ring. « Le choix des plantes médicinales fait à la fois allusion à la nature et à la médecine notamment à l'époque d'Ambroise Paré où on les utilisait essentiellement. » Plusieurs projets ont été retenus, dont le sien, qui a été réalisé en vinyle et mis en place par l'entreprise "Application Team" durant l'été 2019."
18 Levalet - "L'homme des cavernes"
Charles Leval, dit Levalet, est né en 1988 à Epinal. Il grandit en Guadeloupe, où il découvre la culture urbaine et s’initie aux arts plastiques. Il poursuit ses études d’Arts visuels à Strasbourg ; son travail, alors davantage tourné vers la vidéo, se nourrit d’une pratique théâtrale assidue dont ses oeuvres urbaines conservent le langage à la fois visuel et narratif. Il obtient l’agrégation en 2012, année où son travail commence à prendreplace dans les rues de Paris et d’ailleurs. Dès 2013, il expose en galerie et participe à des manifestations urbaines internationales. L’oeuvre de Levalet est avant tout un travail de dessin et d’installation. Il met en scène ses personnages dessinés à l’encre de Chine dans l’espace public à travers un jeu de dialogue visuel et sémantique avec l’environnement présent. Les personnages interagissent avec l’architecture et sedéploient dans des situations frôlant souvent l’absurde.Le travail est hypnotisant par la maîtrise technique dont l’artiste fait preuve. Ces études préalables sont réalisées à l’encre de Chine, une pratique qui ne souffre d’aucune imprécision. Le trait noir, sans nuance, se libère dans les attitudes et les mouvements des personnages qui envahissent littéralement les fenêtres de la façade. Entre réalisme et surréalisme, l’artiste met en scène des anachronismes déroutants. Il s’agit plus d’une installation que d’une fresque à proprement parlé par la manière dont l’artiste tire parti des différents plans de la façade envue de camper le décor de sa narration. Chaque saynète fonctionne comme un véritable feuilletage de l’espace avec au moins trois niveaux de lecture, chaque niveau étant en totale déconnexion avec le suivant. Les trois scènes reproduisent le même scénariopictural : un arrière-plan d’une nature sauvage d’où se détache en grisaille une silhouette à l’allure mi-statuaire, mi-moderne qui se réplique elle-même en trompe-l’oeil sur un avant-plan.Là, nous pensons voir tout d’abord des gestes naturels de figures presque vivantes installées juste sur le rebord de la fenêtre, pour ensuite comprendre en seconde lecture que les attitudes sont inspirées d’hommes préhistoriques habillés en costume moderne. L’ensemble des trois fenêtres offre au regard du spectateur une saynète burlesque de l’histoire de notre société occidentale : «Cette installation, explique l’artiste,évoque de manière allégorique et humoristique à la fois à quel point l’homme moderne est devenu inadaptable à un potentiel retour à l’état de nature, mais aussi le fait que si le monde civilisé a énormément fait évoluer notre environnement, la nature profonde de l’Homo sapiens reste la même qu’à l’époque de la préhistoire». Sans le savoir, l’artiste réalise ici une espèce de parodie de notre temps à l’endroit même où estnée cette histoire du retrait progressif de l’homme face à la nature. En effet, la reconnaissance UNESCO du site néolithique à Spiennes, commune du Grand Mons, repose sur la sédentarisation, l’extraction et l’exploitation des minières et enfin sur la spécialisation dans la confection jusqu’à la commercialisation de celles-ci. N’est-ce pas là les fondements de notre société actuelle en pleine crise, sujet de la fresque de Levalet ?
19 Le miracle de sainte Waudru - Honet
Lieu de l'oeuvre: Rue des Capucins

Honet commence le graffiti à Paris, en 1988. Cette forme d’expression lui apparait comme quelque chose de totalement novateur, comme le miroir de notre époque. Il fait de cette pratique son mode de vie, et plongealors, corps et âme, dans cette odyssée artistique qui l’a toujours tenu éloigné d’un métier classique. Honet aime explorer la ville, en particulier les bunkers de la Seconde Guerre mondiale et les catacombes de Paris.Il se met à la recherche d’endroits cachés et chargés d’histoires, où les gens ne peuvent pas aller. Pour Honet, le graffiti et l’exploration ont en commun le goût de l’aventure et de la découverte de sa propre ville. Un univers graphique qui se compose, entre autres, de lampes frontales, d’escaliers, de trappes ou encore de clés comme s’il était à la recherche de mondes souterrains, invisibles. “Je vais là où mes angoissesm’attirent, dit-il. J’aime explorer des endroits sombres, chaotiques, détruits et violents. La peinture est un moyen de les dompter, de me les approprier.” Fervent voyageur, Honet parcourt le monde pour s’amuser, découvrir, peindre et également pour exposer ses travaux récents. Depuis plus de 25 ans, il laisse ainsi sa trace en Europe mais aussi à Moscou, Pékin ou Tokyo. Par ailleurs, il collabore régulièrement avec des marques comme Prada, Lacoste, Ruby ou Louis Vuitton qui donnent de l’importance à la symbolique de ses dessins et à leurs lignes épurées.L’intervention picturale concerne l’ensemble des fenêtres du bâtiment. Honet a ici interprété dans un style graphique qui lui est propre le miracle des Brasseurs de sainte Waudru. Tous les ingrédients du récit sont présents : les quatre brasseurs enchaînés dans leur prison obscure, la garde habillée en jaune et noire aux couleurs du chapitre de sainte Waudru et bien sûr, monumentale et magistrale, sainte Waudruelle-même accomplissant le miracle de la délivrance en brisant les chaînes des prisonniers. Au cours de la Procession du Car d’Or le dimanche de la Ducasse rituelle, le carrefour de la rue des Soeurs grises et de la rue des Capucins est l’emplacement choisi pourla lecture de l’un des 5 Miracles de sainte Waudru :Au seizième siècle, quatre brasseurs accusés d’un crime capital sans que les preuves n’en fussentformellement établies, parvinrent à échapper de leur prison et, au lieu de s’enfuir, chargés de chaînes se présentèrent devant l’autel de sainte Waudru qui, de son vivant, avait consacré tant de ses efforts et de ses biens à la délivrance des prisonniers. Les quatre brasseurs supplièrent donc sainte Waudru,implorant qu’elle les libère. On vit alors les chaînesse briser et tomber à terre. Sainte Waudru avait ainsi fait reconnaître leur innocence.
98 meters of difference in height
  • Start altitude : 52 m
  • End altitude : 50 m
  • Maximum altitude : 65 m
  • Minimum altitude : 31 m
  • Total positive elevation : 98 m
  • Total negative elevation : -100 m
  • Max positive elevation : 9 m
  • Min positive elevation : -12 m